CdM ISSF Cible et Plateau 2018

CdM ISSF 2018 - Reportage

Picto CDM RESULTATS.jpg
Picto CDM REPORTAGE 2.jpg
Picto CDM PHOTOS.jpg
Picto CDM PDT.jpg
Picto CDM EDF.jpg
Picto CDM STAND.jpg

Suivez les résultats et les directs


 mini logo CDM ISSF 18.jpg
  mini ISSF.jpg
logo livestream.jpg
Facebook .jpg
  instagramv2 .jpg

VENDREDI 14 SEPTEMBRE

L'extra-terrestre !

Cette dernière journée des championnats du Monde n'est pas pour autant la moins importante pour l'ensemble des délégations encore présentes. Au stand 300 mètres, l'épreuve historique du 3x40 prend place et à Changwon la pluie va permettre d'arroser une des plus belle épreuve de tir sportif : le Skeet olympique Seniors, épreuve mondialement connue et pratiquée, preuve en est la présence de Nasser AL-ATTIYA aussi connu pour ses prouesses en Rally ou encore le cheik Saeed ALMAKTOUM une des plus grosse richesse des Emirats Arabes Unis.

Mais la vraie célébrité sur les pas de tir est américaine, une silhouette assez classique sur un nom de star de cinéma, Vincent HANCOCK domine la discipline depuis quelques années (2 médailles d'or olympique et 4 fois champions du Monde) et ce n'est pas prêt de s'arrêter ! Nos tireurs français font pourtant parti des meilleurs mondiaux mais le reconnaissent volontiers, le texan a encore déroulé et assumé son statut : 125 plateaux pour égaler le record du Monde avant finale.

Nos bleus sont également bien entrés hier dans la partie. Le niveau est tellement élevé que le moindre plateau mal négocié et c'est de suite une dizaine de place de perdue. Anthony TERRAS en fait l'amer expérience, le doublé du poste 3 ne l'a pas épargné et avec 121 c'est une 19e place, il fallait 122 pour décrocher le barrage et Eric DELAUNAY comme Emmanuel PETIT y parviennent mais de manière différente ce qui aura son incidence par la suite.

CdM ISSF 2018 DSC00852.JPG
Emmanuel rattrape son 24 du matin par une dernière série parfaite qui le rassure et lui donne des repères pour la phase suivante : ne pas tirer trop vite surtout sur les doublés car la visibilité le permet et il est plus à l'aise ainsi. Eric de son côté s'est tendu en dernière planche et rate d'un point la qualification directe. « Avant le shoot-off j'ai encore ce plateau raté en tête et ce n'est pas bon pour moi. Je fais une belle saison mais pour passer un cap, comme sur ce type de compétition, j'ai changé mon entourage pour travailler en profondeur ma relaxation car inconsciemment je me tends et ma position de tir s'en ressent, nous précise le normand ». Car vous l'avez deviné, le barrage ne va pas tourner en sa faveur, ils sont 7 pour 2 places et 2 français. Eric sera finalement 11e à la remontée des séries ! Emmanuel par contre, sur sa lancée, ne rate rien et prend le dossard 5 pour la suite, Erik WATNDAL le 6, ce détail a son importance car en finale, en cas d'égalité lors des éliminations c'est le plus gros numéro de dossard qui céde sa place.

L'équipe de France Skeet olympique, grâce à ce tir groupé, est championne du Monde !! C'est évidemment une belle récompense mais l'objectif d'Anthony, d'Eric, de Manu et de Sandro BELLINI, leur entraîneur, était évidemment rentrer en finale pour chasser les médailles et les 4 quotas distribués.

CdM ISSF 2018 14092018-IMG_5107.jpg
Le dernier round peux démarrer, Vincent HANCOCK est accompagné de 5 européens. Le format est assez simple, ils tournent sur 3 postes seulement avec : 2 doublés poste n°3 - 1 doublé poste n°4 - 2 doublés poste n°5. Ce sont tout simplement les angles les plus larges possibles. Au bout de 2 passages complets le 6e sortira, puis après chaque série de 10 jusqu'au dernier duel.

Fait rarissime au 8e plateau de finale, son 133e de la compétition, l'américain fait frissonner les tribunes avec un 0 !! Un vent d'espoir se lève sur les autre concurrents, notamment Riccardo FILIPPELLI (ITA) qui fait le plein. Emmanuel n'accroche pas le 20e plateau mais reste dans le coup, c'est Ben LLEWELLIN (GBR) qui nous quitte, puis le tchèque TOMECEK sur un dernière faute poste n°5 : le quota est assuré pour la France car Emmanuel ne tremble pas. Il avouera ensuite qu'il s'est peut être relâché, l'excitation l'a poussé à aller trop vite dans ses visées et cela ne pardonne pas : 2 fautes, comme l'italien à ce moment de la finale mais le jeu des dossards le fait quitter le pas de tir au pied du podium sous les applaudissements chaleureux de la team France.

Monsieur HANCOCK de son coté n'a plus rien laissé filé suite à son erreur et ne laisse aucune chance à Erik WATNDAL (NOR) pour le titre.

CdM ISSF 2018 DSC00871.JPG
Pour les carabiniers, ils ont lutté jusqu'au bout malgré des difficultés notamment en position debout qui est le soucis majeurs qui ressort concrètement pour nos tireurs sur cette compétition. Mais Alexis RAYNAUD, Michael DHALLUIN et Valérian SAUVEPLANE arrachent la médaille de bronze au Norvégiens, c'est « bien payé » mais toutes les médailles sont importantes et restent à jamais gravées.

Au compteur ce sera finalement 8 médailles pour les français, dont 4 titres de champions du Monde et une 8eme place au rang des nations.

Emmanuel PETIT, revient le lendemain pour nous sur sa performance : « Ce n'est pas plus mal finalement que ce matin nous partons à 5h30 de l'hôtel car je n'ai pas dormi de la nuit, je reste frustré de ces 2 derniers doublés. Je n'arrive pas encore à réaliser que j'ai décroché un quota car ce n'est pas matérialisé par une médaille que nous étions venus chercher. Après, à froid, je me dis que ça ne peux que me servir pour la suite, j'ai gardé mon sang froid en barrage là où habituellement ce n'est pas la cas, donc l'expérience commence à payer. Je suis aussi très fier d'être champion du Monde par équipe au côté de 2 amis, cela montre qu'on est constant et que le Skeet français est bien présent. Vincent HANCOCK ? oui c'est un grand champion mais il aura des passages à vide et on sera là pour le lui prouver ! ».

Cependant, après JIN, KORAKAKI, KAMENSKIY, KOSTEVYCH et LIN c'est une autre tête de série qui assure son rang lors de ces championnats du Monde de très belle tenue. Afin de partir sur de belles émotions et regonflé pour la suite, la Marseillaise conclut ces cérémonies et donne rendez-vous pour les finales des coupes du Monde et leur globes de cristal en espérant y voir briller nos français !

MERCREDI 12 ET JEUDI 13 SEPTEMBRE

En plein centre

Basé sur les mêmes règles que le Pistolet 25 m Dames, les Seniors sont invités à participer au Pistolet 25 mètres Gros Calibre appelé Percussion Centrale dans les épreuves ISSF. Cette épreuve a son lot de spécialistes et pour représenter la France par équipe, Alban PIERSON est venu jusqu'en Corée du Sud pour épauler le duo Clément BESSAGUET / Boris ARTAUD. La saison de nos français est une grande réussite, le circuit européen va se conclure au mois d'octobre par la finale de l'Europa cup où ce n'est pas moins de 6 tireurs bleu-blanc-rouge qui tenteront de conquérir le plateau d'argent remis en jeu par Boris après sa belle victoire en Suède l'année passée.

Après le passage Précision, c'est un tir groupé des français (Alban et Clément à 289, Boris à 288) qui laisse toutes nos chances pour la Vitesse. Le Brésil, fervent amateur de cette discipline et présent à Daegu avec notre délégation, compte bien ouvrir leur compteur sur ce championnat du Monde avec Julio ALMEIDA qui réalise une superbe performance avec 295 points sur le premier jour dont une première série parfaitement centrée. Le grand champion allemand Christian REITZ, passé à côté de très peu à la Vitesse olympique, est bien placé pour obtenir cette médaille qui lui a échappé de peu à grenade il y a 4 ans. La bonne nouvelle pour les français à la suite de cette première passe est la disqualification de Oliver GEIS qui élimine par la même l'équipe allemande des prétendants au podium.

CdM ISSF 2018 DSC00687.JPG
Les 3 séries en Vitesse seront déterminantes pour le podium, les tireurs chinois perdent du terrain et laissent le brésilien s'envoler en tête. Christian assure jusqu'au bout sa 2e place et Pavlo KOROSTYLOV (UKR) créé la surprise avec de jolis groupements, il peux regretter sa 2e série précision où son arme lui a joué quelques tours.

Par équipe c'est une satisfaction pour les français, la vitesse est restée homogène et concentrée pour nos 3 tireurs et c'est une nouvelle médaille pour notre délégation ! Young Min KIM, resté au pied du podium aux barrages des mouches, porte la Corée du Sud pour le titre de champion.

« C'est une belle récompense de notre travail et cela me conforte dans mes positions. Nous essayons de créer un groupe soudé et compétitif depuis quelques temps et ça paye ! Je sais que la percussion centrale n'est pas un objectif premier pour la délégation mais cela permet de créer des déclics dans certaines situations, commente Patrick BIEBUYCK ».

A une heure de route de nos pistoliers, l'équipe 300 mètres attaque « la standard » (3 positions de tir avec 20 coups par position). Alexis RAYNAUD malheureux depuis le début de la compétition (casse de culasse à 50 mètres) n'a pas fini avec ses déboires. Une crosse qui se fêle dès le début du match genou va encore lui faire perdre du temps pour la suite. Malgré une très belle série debout dans un temps record, il termine à 1 point du podium. Alexis confirme : « J'ai l'habitude de tirer dans ces conditions lors du championnat du Monde militaire avec l'épreuve VM, mais sans mes problèmes mécaniques je pouvais me placer. À la rentrée je vais revoir l'ensemble de mon matériel, le mal est fait mais ça doit me servir pour la suite. J'en viens à espérer que tout se passe bien pour l'ultime épreuve le 3x40 »

CdM ISSF 2018 PETIT.jpg
Côté plateau, la première journée du Skeet olympique Seniors a débuté ce jeudi matin et les conditions sont idéales pour réaliser de belles choses : temps couvert d'un blanc uniforme et pas un brin de vent. Les scores s'en ressentent directement et 27 tireurs se tiennent en 2 points à la fin du jour 1... Nos 3 français sont dans la course à 73 points mais la nuit sera décisive, le vent et la pluie sont annoncées pour la suite !

MARDI 11 SEPTEMBRE

Ça commence par un J en 4 lettres...

Adepte des applications de réflexion sur son téléphone, hier avant le PET (Pre Event Training) Jade avait besoin de se replonger dans la compétition. Pour notre juniors filles ce championnat du Monde n'est pas qu'un exercice technique. Engagée au 10 mètres et au 60bc 50 mètres, Jade attaque ce matin son match le plus usant physiquement : la carabine 3 positions à 50 mètres et depuis peu ce sont 40 coups par position pour une durée totale de 2h45 pour le match de qualification.

Pour le moment une 20e place à 10 mètres, suite à une fin de match difficile, et 10e au couché : ce n'est pas une contre performance mais Jade est exigeante avec elle même et très ambitieuse. C'est plus que déterminée qu'elle se présente au pas de tir pour débuter à genou. 2 belles séries la met dans de bonnes dispositions, malheureusement la 22e balle très basse dans le 8 lui monte au nez, la 30e au même endroit l'oblige à sortir pour se ressaisir. Quelques conseils de Nicolas SCHIANCHI, entraîneur référent à la carabine, et la 4e série est bien groupée.

La particularité de cette épreuve réside également dans la connaissance de son arme et de ses accessoires pour passer en position couché, il faut sortir les outils et régler son arme pour la suite. Chose faite, Jade enchaîne et revient doucement dans les prétendantes grâce notamment à une superbe 7e série à 99 qui la conforte mentalement. Elle est dans son match et la malédiction du debout chez nos français ne l'atteindra pas bien au contraire : 382 pour un total de 1160, la finale est acquise en 5e position.

CdM ISSF 2018 11092018-IMG_4814.jpg
Pour cette manche, le format est complet : 15 tirs genou, 15 tirs couché puis 10 tirs debout avant les éliminations à chaque coups tiré. Jade va faire une nouvelle fois preuve de caractère. 7e après le genou, elle se place sur le podium suite au couché avec une moyenne de 10,3 sur les 15 balles tirées mais tout de même avec un retard conséquent sur les 2 leaders. Une jolie passe d'armes se prépare, Morgan PHILLIPS (USA) et Maria IVANOVA (RUS) qui avaient toutes les deux fait la différence jusqu'à maintenant s'écroulent au debout, tandis que Hong XU (CHN) se redresse avant la phase éliminatoire en « mort-subite » : 51,8 Pts sur cette 8e série. Jade de son côté cherche ses repères et perd du terrain sur les 3 premières.

Les deux dernières de cette finale, STARK (SUI) et GABRIELLI (ITA) nous quittent, puis ZHANG (6ème), KARAMZADEH craque (7,4) et sort 5e. C'est à cet instant précis celui du money time que Jade sort un gros 10, 7 qui relance notre française. XU continue son récital et ne lâche plus le 10.

Coup énorme au 43e tirs de finale qui fait basculer le trio de tête : les 3 premières sous le 9,2, Jade à 10,1 se retrouve derrière la chinoise (2,1 Pts) à égalité avec la russe qui lutte en cette fin de match... La médaille est assurée ! Jade est relâchée et conclut en beauté par 2 balles dans le 10,5 : médaille d'argent !

« J'ai fini sur 5 tirs dans le 10, je suis tellement contente, c'est une performance que je retiendrai pour me rappeler de croire en mes capacités. Je peux le faire, contenir mes émotions et envoyer du gros points ! analyse rapidement Jade dans la chambre d'appel. Désolé, je dois vous laisser et appeler mes parents qui doivent être comme des fous ! J'en profite tout de même pour embrasser mon entraîneur au CREPS, Martial ANSTETT, obligé de rentrer à Paris et qui n'a pas pu suivre mon match jusqu'à la fin, maintenant il ne sera au courant qu'après les 11 h de voyage, il doit faire des bonds dans l'avion (rires) ! ».

CdM ISSF 2018 11092018-IMG_4842.jpg
De l'autre côté du stand, au plateau, le Skeet olympique Dames et Juniors Garçons se concluent également. Nos français, comme à la Fosse olympique, n'ont pas su rentrer dans la compétition de la meilleure des manière le premier jour. Les points perdus sur la première planche, notamment lors du 2e doublé au 2e passage sur le poste 4, déstabilise Nicolas LEJEUNE. Il ne reviendra pas dans la partie.

Pour Lucie ANASTASSIOU, vice-championne d'Europe 2018, ce poste est aussi une difficulté sur sa première planche, 2 points perdus qui coûtent cher mais Lucie ne lâche pas et remonte au classement pour terminer sur 25 et 24 plateaux cassés. La saison a été assez éprouvante émotionnellement et sportivement. Elle va pouvoir récupérer et la saison 2019 sera déterminante pour la chasse aux quotas olympiques qui la verra sûrement revenir en mai prochain pour la première étape des coupes du Monde dans les meilleures dispositions possible et une ambition de victoire renouvelée.

En finale les américaines dominent totalement les débats et réalisent le premier podium complet de la compétition. La grande favorite Kimberly RHODE, à l'aube de ses 40 ans, est surprise par sa cadette Caitlin CONNOR. On pourrait penser que le déclin est proche, c'est mal connaître Kimberly qui a donné rendez-vous aux tireurs Plateau cette saison : elle tentera la passe de 3 (Fosse, Skeet et Double Trap).

DIMANCHE 9 ET LUNDI 10 SEPTEMBRE

Après un dimanche dédié aux éliminatoires Pistolet VO et Carabine 300 m, ainsi qu'aux matchs Carabine Juniors 50 mètres, ce lundi est une journée ensoleillée qui sent le vent tourner pour les français, au propre comme au figuré.

Il est toujours difficile de commenter et de tirer des conclusions à mi-match, surtout quand celui-ci s'étale sur 2 jours. La vérité d'un jour peux se voir remise complètement en question le lendemain. « La nuit porte conseil peut être... mais quand le stress, la pression et l'influx nerveux se côtoient, notre rôle prend tout son sens pour permettre un relâchement total du corps qui se répercute généralement sur l'esprit, nous précise Ness CHRIQUI un des kinésithérapeutes de notre délégation. Hormis un bon massage des muscles sollicités, nous sommes bien aidé pour la récupération avec 2 outils derniers cris, un système prêté gracieusement par INDIBA pour augmenter la perméabilité membranaire et accélérer le processus de cicatrisation et de régénération tissulaire et d'un GAME READY couplant les techniques de pressothérapie et cryothérapie ».

Cette particularité ne se retrouve pas que sur la Vitesse olympique, les épreuves Plateau sont souvent sur 2 jours, voir 3 depuis quelques temps. Hervé CARRATU, entraîneur national, complète : « Comme souvent le premier jour ne permet pas de gagner une compétition, mais nous pouvons la perdre en accumulant trop de retard. Mon rôle est de mettre les tireurs dans les meilleurs dispositions pour rentrer de suite dans la compétition. Nous programmons beaucoup d'entraînement, nous peaufinons la technique de chacun et le protocole de mes interventions afin de placer le tireur dans SES meilleurs conditions ».

CdM ISSF 2018 03092018-5868321584_IMG_4522.jpg
La saison 2018 de nos VOistes fut une des meilleures grâce à cette mise en place rodée depuis déjà quelques années au sein de ce groupe. Nos 3 qualifiés sont dans le Top 9 mondial, « l'objectif est ciblé depuis le début de l'année, le podium et donc le quota ! Cet objectif est commun aux 3 tireurs, je peux donc aussi insister sur la médaille par équipe qui nous permettrait de récompenser également la progression du collectif. On sait maintenant que l'on peux rivaliser avec les nations dominantes (Chine, Allemagne) et c'est toujours intéressant de marquer le coup sur ce type de championnat. Je m'en sers également en tant qu'entraîneur pour garder un tireur déterminé et concentré même dans les moments les plus difficiles ».

À la fin de la première journée, l'allemand Oliver GEIS est proche du plein (298), mais dans l'ensemble le peloton des prétendants se tient à 290. De notre côté Boris ARTAUD, très bien placé en série à 8 et 6 secondes, se retrouvent quelques peu distancé par une dernière série à 44 lors des passes en 4 secondes. Grosse surprise avec la présence du Pakistanais BASHIR (296) dont 3 passes parfaites. Clément BESSAGUET est placé à 290 points malgré un 7 sur la 4e balle dans la 5e passe. Jean QUIQUAMPOIX, très régulier, mise sur ses bonnes sensations pour rester très groupé (49-48-48-49-49-49). Le deuxième jour sera décisif !

CdM ISSF 2018 DSC00446.JPG
Seul 6 tireurs rentrent en finale, les passages sont inversés, Jean connait en avance le score a réaliser. Boris réitère son passage de la veille, 4 belles séries pas récompensées par les passes à 4 secondes, un total de 575, 27e. « C'est vraiment dommage car cela ne reflète pas son beau parcours de ces derniers mois, il est dans une phase de grosse progression, on va justement se servir de cette compétition pour travailler sur les détails à corriger, défend Hervé ». Clément démarre fort avec un groupement excellent, c'est également les passes à 4 secondes qui lui échappent, la finale reste à 3 points. « Compte tenu de son statut de 2e mondial, il pourrait être déçu mais c'est un grand compétiteur. Avec Boris, on a un duo pour aller chercher un quota pour Tokyo 2020 ». Car vous l'avez bien compris, pour Jean l'essentiel est assuré pour rentrer dans les 6 premiers, avant de tirer il sait que 294 permet de se qualifier = 49 de moyenne, c'est fait !



La finale peux débuter, et nous vous conseillons de la regarder. A l'entrée du pas de tir que des habitués ! Alexei KLIMOV l'inusable russe, champion du Monde en 2010 et sûrement sa dernière participation ; Oliver GEIS très présent cette saison notamment ici même pour la coupe du Monde avec KIM le coréen également en finale. Jean est accompagné surtout des deux chinois : Junmin LIN, le grand favori, apparu l'année passée à New Delhi à 21 ans qui explose cette saison avec 2 coupes du Monde à son actif et Jian ZHANG de retour à son meilleur niveau depuis son titre de vice-champion du Monde en 2010.

Le spectacle commence doucement pour Jean avec 2/5, comme chez les Dames à 25 m, les points laissent places aux touches. La 2e passe est plus propres (4/5) mais la 3e le met en difficulté. La tension est montée sur cette dernière série car les éliminations commencent lors de la 4e et le bas de classement est très serré. Jean remet 4 balles au centre mais cela ne suffit pas pour échapper aux barrages à 3 (avec GEIS et KIM) mais c'est un mal pour un bien car ce shoot-off le relance totalement. Une passe parfaite qui sort le coréen, puis une 2e pour sortir l'allemand sanctionné pour avoir tiré hors temps et une dernière pour éliminer le russe ! La médaille est assurée, le quota est dans la poche !

Pendant ce temps là, nos 2 chinois n'ont commis que très peu d'erreur, Jean sortira du pas de tir bronzé !

CdM ISSF 2018 DSC00574.JPG
« Le niveau de point n'est pas très élevé pour une finale, du coup je me dis que j'avais ma chance, réagit à chaud Jean QUIQUAMPOIX, mais franchement vu la tournure des évènements je suis très content de glaner le quota. C'était l'objectif de départ pour moi, je peux maintenant travailler sereinement pendant 2 ans. Avec mes collègues et compte tenu des bonnes relations entretenues par Hervé (CARRATU) avec les grosses nations, on va même pouvoir échanger quelques stages avec les chinois, comme on le fait déjà avec les allemands, pour côtoyer les meilleurs. Je vais maintenant lancer la saison des coupes du Monde avec pour but gagner, gagner et encore gagner que ça devienne une habitude ! »

Pour la VO française c'est déjà demain et ça s'annonce bien  !

CdM ISSF 2018 DSC_8581.jpg
À 1 heure d'ici, sur le stand de tir militaire de Jinhae Naval, Rémi MORENO FLORES, arrivé il y a peu de temps pour tirer son épreuve de prédilection (60 balles couché 300 mètres), a porté les français lors des éliminatoires pour faire résonner la Marseillaise pour la 2e fois sur le podium de Changwon. Un titre de champion du Monde qui vient couronner une équipe où Rémi accompagné de Valérian SAUVEPLANE et Michaël DHALLUIN avait à coeur de prouver que cette épreuve historique fait partie du patrimoine français. Nous les félicitons, ainsi que leur entraîneur Eric VILLER, et prenons rendez-vous pour les 2 épreuves à venir en 3 positions (standard et 3x40) mais également pour la finale de l'Europa Cup en octobre.

Aujourd'hui le titre individuel est en jeu pour nos 3 tireurs qui ont facilement passé le « cut ». C'est plus difficile pour eux et c'est la légende slovène, Raymond DEBEVEC, qui sort le mieux son épingle du jeu. Il profite du tirage au sort favorable, à droite du stand, pour se couvrir du vent tournant et remporte avec un petit score (592) ce 60bc. « Je ressors du match frustré car je n'arrive pas à analyser concrètement ce qu'il m'a manqué aujourd'hui, tente d'analyser Rémi. Il y avait du vent certes, mais je suis resté dans ma stratégie qui fonctionne depuis le début de saison à savoir la contre-visée. J'ai peut être manqué de lucidité une fois la première série passée pensant être déjà loin alors que tout était encore possible. Un peu de relâchement dans l'attention et la concentration peut être? je dois analyser ça à froid pour pouvoir repartir sur de bonnes bases ».

CdM ISSF 2018 DSC00557.JPG

Pour nos jeunes carabiniers sur le pas de tir 50 mètres, l'expérience de ce grand évènement sera bénéfique pour la suite. Ils sont restés concentrés et attentifs aux conseils du staff technique, ils apprennent à peaufiner les détails au contact du pôle médical et nous garantissent que les prochaines compétitions internationales seront à leurs portées. L'épreuve "60bc" plaçait en premier permet souvent de rentrer dans le vif du sujet mais elle a joué un rôle plus compliqué pour Lucas KRYZS et Dimitri DUTENDAS, ils n'ont pas trouvé de suite leurs repères. Ce fut plus intéressant sur le 3x40 le lendemain avec un beau début de match à genou pour Lucas et une position couché retrouvée pour Dimitri.

SAMEDI 8 SEPTEMBRE

Olé, Olé, Oléna !

Le pistolet 25 mètres Dames est une des plus belles disciplines de notre sport, toutes les compétitrices le reconnaissent. De la stabilité et de la patience sur la Précision, du dynamisme et de la réaction sur la Vitesse, le tout avec une arme à chargeur, en extérieur et à balles calibre 22 qui accentue les variables et les données à maitriser.

C'est donc tout naturellement que les plus grandes championnes sont présentes sur le pas de tir pour tenter de décrocher le graal olympique et le podium mondial. Compte tenu du nombre d'engagées, 2 relais sont au programme, ce qui ajoute un peu plus d'angoisse supplémentaires que l'on soit en attente des résultats ou au courant des scores des premières passées. Autres élément à prendre en considération avant de passer à l'acte, le 10 mètres est déjà tiré et certaines sont déjà récompensées, d'autres sont revanchardes mais les émotions ne doivent pas prendre le pas sur l'enjeu.

C'est dans cet état d'esprit qu'Olena KOSTEVYCH se présentent ce matin, elle est restée au porte de la finale il y a 3 jours et le public attend de savoir si elle a digéré ses quatres 8 si inhabituels chez elle. Lors du match de qualification, Olena rassure de suite son fan club : 294 en précision, elle flirte avec le cordon mais cette fois-ci le touche ; 293 en vitesse malgré une fin de match plus difficile = 587, ça passe ! Par contre, encore une fois, la jeune russe Vitalina BATSARASHKINA se pose comme une candidate sérieuse à l'ukrainienne et de quelle manière ! 298 sur les séries en 3 secondes dont une dernière balle « qu'il serait intéressant de piger (sic) » plaisante Laurent SASSO, l'entraîneur français.

Le niveau est très élevé, là où 580 permettait de rentrer dans les 8 finalistes avant les Jeux de Rio, 4 points de plus sont demandés pour ce championnat du Monde. Les séries à 96 ne sont plus suffisantes pour espérer la phase finale. On notera également la présence pour la première fois dans l'histoire du tir sur cible, d'Aldana ALMUBARAK représentante du Qatar que nous avons découvert en France il y a 2 ans à Bordeaux sur un Training camp.

La phase finale va pouvoir démarrer, des scores à points, nous passons aux « touches » par série de 5. « C'est plus visuel pour le public mais ça ne dénature pas la discipline. Par contre pour aller au bout, il faut tenir le choc mentalement car ça monte jusqu'à 10 passes de 5 pour la médaille d'or sans droit à l'erreur où alors une petite si on enchaîne du gros sur les premières, complète à nouveau Laurent ».


Dés les 2 premières passes, nos 2 spécialistes font la différence. Le duel est lancé et sera magnifique jusqu'au bout. La troisième série voit Olena griller son joker (1 touche), à la quatrième l'avance est de 4 points pour Vitalina et les éliminations démarrent en bas de classement. Pour Xiu TEH qui paye sa série « Fanny », s'en suit Aldana très applaudi qui n'a pas contenu ses émotions. Mesdames LEE, la locale, et KARSCH, la première allemande, se départagent aux barragent pour la 5e et 6e place.

Les quotées sont connues et Chia TIEN a le plaisir d'offrir à Taipei la possibilité d'être représenté à Tokyo. Malgré une 8e série réussie, elle restera au pied du podium qui sera 100 % européens. De leur côté c'est au tour de Doreen et Vitalina d'avoir « la » série difficile ! L'allemande ne pourra pas se mêler à la lutte mais savoure sa médaille de bronze qui clos sa plus belle saison depuis son passage en Dames (2e à Guadalajara et 4e à Fort-Benning).

Le duel tant attendu lors des présentations est enfin là et nos deux compétitrices sont déjà à égalité avec 35 Points avant la dernière passe du programme officiel car KOSTEVYCH vient de faire 5 touches à la 9e. Les tribunes sont maintenant pleines, les russes et ukrainiens se font entendre, quelle ambiance à chaque coup tiré sur cette 10e série ! Olena et Vitalina alternent, une après l'autre elles ratent ou marquent rendant le stress intenable et... 2 points partout qui nous conduit à un premier shoot-off.

La tension reprend de plus belle, Vitalina loupe la première balle... Olena la 3e... et ce sera une deuxième série de barrages ! Elles se préparent, l'arbitre lance les commandements, c'est au tour d'Olena de louper la première balle... puis stupeur, à la 3e balle le coup ne pars pas pour l'ukrainienne et la touche est loupée pour la russe, l'incident est de suite signalé et Vitalina finit la série seule avec 4 points. Quelle pression pour Olena qui, après intervention de l'arbitre, sait ce qu'elle doit faire : 3 tirs sans faute pour espérer continuer !

La grande championne qu'elle est devenue maitrise ce genre d'émotions : « Je savais exactement où j'en étais et le nombre de coups à faire et je l'ai fais : I did my job » Pour BATSARASHKINA le moral prend un coup, la force de caractère d'Olena prend le dessus sur la russe de 21 ans et sur le 3e shoot-off la première balle lui est fatale et ce coup ci elle ne rattrapera pas.

Olena KOSTEVYCH est championne du Monde ! Après ses titres olympiques et Mondiales à 10 mètres, elle ajoute une nouvelle ligne dorée à son magnifique palmarès !

CdM ISSF 2018 017_SP.jpg
Nos françaises se sont bien battues sur cette épreuve. Avec le retour en forme de Céline GOBERVILLE au côté de sa soeur Sandrine et de Mathilde LAMOLLE, nous pouvions espérer une place d'honneur par équipe. C'est encore un peu trop tôt pour cette fois-ci pour nos trois pistolières mais les sensations retrouvées de Mathilde en Vitesse et un match référence trouvé pour Sandrine à 580 vont leur permettre de travailler sur des bonnes bases en 2019.

« Depuis quelques temps, Sandrine travaille sur la gestion de ses émotions sur les compétitions car à l'entraînement elle démontre de grosses qualités de stabilité. On va pouvoir se concentrer sereinement sur les passes Précision comme avec Mathilde car il est souvent plus facile de bien faire que de contenir la peur de mal faire », analyse Laurent.

Nous pouvons noter par ailleurs que depuis le début du championnat les européens sont très présents, les asiatiques dominent certes le classement des médailles mais grâce surtout aux classement par équipe mais sur les épreuves olympiques 9 titres sur 12 sont remportés par les européens. La Chine, tant attendue, ne s'octroie que la carabine Mixte laissant les 2 derniers trophées à la Corée du Sud avec Jongoh JIN (pistolet 10 m) et Hana IM (carabine 10 m).

VENDREDI 7 SEPTEMBRE

Il y a des jours comme ça...

Journée difficile pour nos français sur les pas de tir carabine ce matin à Changwon. La pluie a refait son apparition dés les premières heures de la journée et il fallait y voir comme un signe.

Et pourtant tout commençait idéalement avec nos trois tireurs 3x40 qualifiés la veille, en position genou sur les 40 premiers coups on retrouve Valérian SAUVEPLANE (395), Michael DHALLUIN (395) et Alexis RAYNAUD (393) dans le top 10 ! Le couché débute, pendant que Valérian enchaine les tirs parfaits (33 fois dans le 10, voir même proche de la perfection du 11e au 30e coups) et que Michael se rassure avec un superbe groupement sur la première série, l'incident se produit.

La culasse d'Alexis se bloque, la butée d'arrêt se casse et le ressort ne permet même plus d'ouvrir son arme. Dans l'urgence de la situation, il doit quitter le pas de tir avec Patrick BIEBUYCK, armurier de la FFTir, pour rejoindre le stand des exposants afin de trouver une solution rapidement. Résultat plus de 30 minutes de perdues et une arme non réglée pour terminer en une heure plus de la moitié du match. Cela se ressent de suite pour notre médaillé olympique qui ne pourra pas lutter.

CdM ISSF 2018 DSC00278.JPG
Comme l'effet papillon, au même instant Michael décroche un 8 en debout qui le stoppe dans son élan et malgré une belle dernière série, il termine 19e laissant les places de finalistes aux plus réguliers. Valérian se crispe également sur ses jambes, la 9e série de ce 3x40 le fait sortir de la cible latéralement et de la lutte par la même occasion.

Pierre-Jean MILLIERE peste à la sortie du pas de tir « Il va falloir analyser rapidement et travailler encore plus fort, les entraînements étaient très élevés, nous sentions qu'il y avait de quoi réaliser quelque chose. La 4e place par équipe aurait dû nous transformer en guerrier. Cela nous montre que nous pouvons faire, il nous reste donc le plus important : gagner ! Nous nous devons d'affiner notre approche de la compétition et de trouver des solutions tous ensemble, le niveau n'était pas aussi élevé qu'on aurait pu l'attendre mais nous passons à côté alors que d'autres sont présents à l'instant T ! »

Judith GOMEZ, qui a pris place sur le pas de tir, ne fait pas tourner la tendance et perd ses moyens au fil du match pourtant bien débuté à genou, l'apprentissage est difficile pour cette Dame première année.

Rigueur, travail et volonté seront au programme de la saison qui s'annonce charnière pour la carabine française !

CdM ISSF 201831082018-4510202784_IMG_4466.jpg
Sur le stand Plateau, la Fosse olympique termine son programme par le Mixte. Pour votre informations, afin de garder un équilibre dans le nombre d'épreuves par famille d'armes et d'assurer la mixité, le CIO procède à un tirage au sort tous les 4 ans pour le remplacement du Double Trap. Pour Tokyo 2020 c'est cette épreuve : Fosse Mixte qui démarrera le cycle olympique.

Deux équipes pour la France avec Mélanie COUZY / Sébastien GUERRERO et Carole CORMENIER / Antonin DESERT. Le niveau général est très homogène et on se rend vite compte que ça ne se jouera pas à grand chose pour atteindre le top 6 qui rentre en phase finale.

Nos français ont encore des ressources, ça échange beaucoup, les encouragements fusent, il ne faut rien lâcher malgré les conditions climatiques toujours aussi variables durant ces 8 premiers jours. Mélanie puise dans ses dernières ressources pour tenter de suivre le rythme de Sébastien mais la phase finale, comme lors de son match individuel, passe à 1 point.

Notre 2e binôme est un peu plus loin. « J'ai vécu une année assez chargée, je suis maman depuis 10 mois et dois reprendre le rythme. Après un arrêt de ce type c'est vraiment difficile physiquement, précise Carole que l'on retrouve le soir dans la salle kiné. Si on s'en tient aux résultats, on est dans le peloton international pour le moment. On a tous besoin de récupérer de cet été mouvementé avec le championnat d'Europe aussi proche de Changwon. Avec l'ouverture du CNTS à Châteauroux, je me retrouve personnellement à côté de la structure idéale pour monter en puissance et faire de 2019 une très belle saison pour moi, pour le plateau français et même pour l'ensemble de nos délégations tricolores ! »

CdM ISSF 2018 DSC00232.JPG

JEUDI 6 SEPTEMBRE

Le temple de Jongoh JIN !

CdM ISSF 2018 037_AP60.jpg
La Corée du Sud a organisé les championnats du Monde en grande partie pour le voir briller, c'est véritablement l'idole de tout un peuple. Il n'y a pas une affiche, un flyers ou une banderole sans la silhouette de sa position de tir si particulière. Jongoh JIN c'est :
  • 6 médailles olympiques dont 4 en or (3 au 50 m et 1 à 10 m)
  • 2 titres de champions du Monde en 2014 à 10 et 50 m
  • 3 globes de cristal
  • 16 coupes du Monde remportées
Vous avez bien compris, cet homme est une légende et comme tous les grands champions il répond encore présent et assure en plus le spectacle à Changwon. Rien ne pouvait l'arrêter et Artem CHERNOUSOV en a fait l'amer expérience.

Le russe domine les débats en qualification avec 587, l'entrée en finale est à 581, Jongoh assure l'essentiel à 582 pour une finale a raconter dans les écoles de tir. Elle débute très mal pour notre champion coréen et après les 10 premiers coups de mise en bouche, il se classe 6e dû notamment à un 8,4 au 2e coup. Mais surtout il a simplement 5,6 points de retard sur Artem qui tourne à 10,4 de moyenne.

Et le premier acte du show Jongoh commence, il remonte un par un ses adversaires mais ne rattrape pas pour autant CHERNOUSOV et après 18 tirs, a l'officialisation des 4 quotés, il a même atteint les 6,2 points de retard.

2e acte : KOROSTYLOV et CHERNOUSOV lâche deux séries de 9, JIN : 2 gros 10. Le 23e tirs sera le tournant du match. Le russe manque de maitrise avec un 8,9 tandis que Jongoh sort le 10,6 qui le relance à 1,6 points de son adversaire. Le 10,3 de Daemyung LEE ne suffit donc pas et il se classe 3e mais permet à la Corée du Sud de travailler sereinement en vue de Tokyo 2020 dans cette épreuve. 1,6 points en 2 coups c'est rattrapable quand on s'appelle JIN, le russe craque sous la pression et les 2 tireurs se retrouvent en barrage. La salle retiens son souffle? 10,3 contre 9,5 et Jongoh JIN conserve son titre de Grenade ! magique !

Du côté tricolore, Mathieu PERIE et Florian FOUQUET n'ont pas réussi à rentrer dans le match et se classe assez loin des hommes de tête.



Sur le stand Plateau, nous avons assister également à une jolie remontée signée Mélanie COUZY qui s'arrête au porte de la finale, à 1 petit plateau malgré sa première planche cauchemardesque de la veille (18 dont les 2 premiers plateaux du championnat ratés). La suite du match (24-24-24-25) lui permet de prendre une nouvelle fois conscience de ses possibilités et de confirmer les bonnes choses vues tout au long de l'année par notre championne d'Europe. Carole de son côté n'a pas surmonté sa première planche difficile et termine à 3 points de Mélanie.

CdM ISSF 2018 Couzy3.JPG
A la carabine 50 m, les éliminatoires du 3x40 se sont succédés et nos français passent le « cut » et frôlent la médaille par équipe. Il seront 3 à défendre leur chance demain. Alexis RAYNAUD s'est rassuré au couché, Valérian SAUVEPLANE montre qu'il est en forme avec 1179 et Mickaël DHALLUIN s'en sors plutôt bien grâce également au couché.

MERCREDI 5 SEPTEMBRE

Champion du Monde !

CdM ISSF 2018 DSC00242.JPG
Le compteur français est ouvert et de quelle manière. Nicolas TRANCHANT est le seul représentant français de sa discipline et compte bien la faire briller et faire parler d'elle lors de ce championnat du Monde. 4 épreuves au programme, 4 chances de médailles et c'est dans cette optique que Nicolas s'est préparé depuis le début de saison.

Depuis hier c'est à 50 mètres que les festivités ont démarré et en Juniors nous assistons à un duel entre européens où les russes et les ukrainiens dominent généralement les débats. Mais Nicolas en a décidé autrement hier dés le passage en vitesse lente où seul DANILENKO a tenu le rythme. Pour la vitesse rapide, Nicolas présent sur le dernier relais tient son rang contrairement aux autres favoris et assure l'essentiel pour rester en tête !

Son entraîneur, Maxime COURSIMAULT, reviens sur le parcours : « Nous avons choisi très tôt avec le DTN de sélectionner Nicolas au regard de son potentiel. Depuis le mois de juin la préparation a été intensive (match et stage en Finlande, République Tchéque, Lingolsheim) et il était prêt pour ce championnat du Monde. Nous sommes venus ici avec un objectif commun, soit 4 médailles (10 et 50 m) soit deux médailles d'or. C'est bien parti... Nicolas a eu une saison à 10 mètres compliquée, pleine de doutes, mais depuis quelques mois l'objectif de gagner en Corée était fixé ! En 2016, quand il a été champion du monde, nous savions que c'était possible mais cela restait une surprise, cette année c'est un but précis ! La compétition a semblé difficile pour les autres mais Nicolas qui ne réalise pas forcément un excellent score a su trouver les ressources pour gagner. Les entraînements des jours précédents sur les installations de Changwon étaient bons... il a concrétisé ce pour quoi nous nous sommes préparés. La relation de confiance entre l'athlète et le coach est très importante dans cette réussite. ».

C'est donc un Nicolas en Or qui part à la conquête de son 2e titre dès demain à la mixte : « Elle est bizarre leur version de la Marseillaise non ? ils n'ont pas sauté un passage ? » plaisante t'il à la sortie du podium. « J'ai bien l'intention de la réentendre rapidement pour m'en assurer ! » Le rendez-vous est pris !

CdM ISSF 2018 DSC_1751.JPG
Les jeunes ont pris également le pouvoir sur le pas de tir 10 mètres avec les Juniors Filles pistolet où Camille JEDRZEJEWSKI représente les couleurs françaises avec panache comme elle sait souvent le faire depuis qu'elle a débuté sur le circuit.

Là où certains compétiteurs perdent un peu de leur moyen sur les grosses compétitions internationales, Camille se sert de cette pression pour se sentir encore plus forte : « Depuis que je sais que je suis sélectionnée, je me répète continuellement à l'entraînement que je vais au championnat du Monde pour gagner ! Qu'il y aura des spectateurs derrière moi pour m'encourager plus que d'habitude, qu'il y aura une logistique monumentale, les médias internationaux, les meilleures tireuses du monde et une pression inhabituelle et je tourne tout cela en énergie positive. J'ai besoin de ça pour me transcender, je travaille surtout avec mes entraîneurs (Patrick BIEBUYCK et Eric EGRETAUD), sur la meilleure manière de contenir cette énergie sur un match complet ».

CdM ISSF 2018 DSC00176.JPG
Sa spécialité, elle l'avoue, c'est le 25 mètres, une épreuve plus explosive physiquement. « A 10 mètres, il faut gérer son temps, anticiper les moments de faiblesse sans tomber dans la routine qui laisse souvent place aux pensées parasites ». Pour cela, Camille a trouvé son « timeout » : elle pose l'arme, relâche son corps, détend les bras, secoue les mains, sors du pas de tir, s'imprègne de l'atmosphère, échange quelques mots avec Patrick et repart de plus belle. Ce que l'on pourrait prendre pour de la nervosité, n'est en fait qu'un rituel bien établi depuis quelques temps. Cette approche personnelle paye sur ce championnat du Monde, Camille avec 573 bat son record personnel et SON record de France en qualification. Pourtant elle démarre poussivement avec des 9 sur les six premiers coups. Au retour du « timeout » elle enchaine les 10 (7 fois) et se relance pour le résultat que l'on connait.

En finale, les compteurs sont remis à zéro, le format lui plait, elle est impatiente d'en découdre durant la présentation des artistes et ça se ressent de suite. Les premiers coups sont parfaits mais une légère faute sur la cinquième balle va couper son élan pour rentrer dans le rang. Les débats sont serrés, seule Sevval TARHAN survole la phase finale après 10 coups. Les éliminations replongent Camille dans le match, elle s'accroche à chaque coup et se rapproche de la 2e place... Elles ne sont plus que 4 prétendantes aux accessits en 1,2 points derrière la turque mais hélas la française se loupe sur les 19e et 20e coups qui ne pardonnent pas (8,0 et 9,2), elle sera 4e.

Loin d'être abattue après coup, Camille n'a déjà qu'une envie le soir même : remonter « sur le ring » ! À 25 mètres l'objectif sera le même, comme toujours : gagner et devenir championne du Monde !

MARDI 4 SEPTEMBRE

Princesse Anna couronnée à 10 m !

Aujourd'hui, une seule épreuve majeure et olympique prend place sur l'impressionnant stand de Changwon. Et contrairement au conte Disney, Anna KORAKAKI n'est pas parti à la recherche de sa soeur, elle a tout simplement choisi d'être la souveraine du Pistolet Dames.
Depuis ses débuts en Juniors, elle affole les compteurs et se construit un des plus beaux palmarès du tir sportif à seulement 22 ans ! 2014 : Championne d'Europe Juniors 10 m, 2016 : Double médaillée olympique à Rio (Or à 25 m et Bronze à 10 m) et Vainqueur de la finale des coupes du Monde 25 m et cette année après 2 coupes du Monde remportées, Anna prouve une nouvelle fois son talent et devient championne du Monde.

CdM ISSF 2018 013_AP60W.jpg
Nous avions déjà constaté lors du match Mixte que les Dames étaient en grande forme, le match ce matin n'a fait que confirmer cette tendance. Des scores très élevés 5 tireuses à 583 ou plus là où seule 2 participantes des coupes du Monde depuis 2015 avaient atteint ce score dont... Anna KORAKAKI bien entendu. A la fin des qualifications, 4 européennes expérimentées et 4 asiatiques très jeunes dans le circuit dominent le classement et placent la couperet à 580 pour l'accès en finale ! Le trou est fait sur les poursuivantes à 3 points, mention spéciale pour Vitalina BATSARASHKINA, médaillée 10 m à Rio qui enchaine 13 puis 15 coups dans le 10 en milieu de match pour un total de 586 et 24 mouches.

La finale s'annonce vibrante, le pas de tir est électrique, la salle est pleine entraînée par la présence des 2 KIM coréennes (Minjung et la surprise Bomi). La russe Vitalina va poursuivre sur sa belle lancée, elle enchaine 9 premiers tirs de très haut niveau mais le 10e est un 7,9 qui va totalement la déstabiliser pour la suite. Les coréennes démarrent également très bien mais le stress de l'élimination prend le pouvoir sur les nerfs des concurrentes. Les 10 laissent place aux petits 9... et Minjung KIM nous quitte même sur un 6,8 qui fait frémir les gradins.

Les plus constantes sont devants, Anna KORAKAKI enchaine 8 gros tirs (10,4 de moyenne) et prend la tête au meilleure moment au 20e coups de finale à la sortie de Qian WANG qui décroche un quota pour la Chine mais passe à côté du podium. Bomi KIM, assurée d'une médaille relâche un peu la pression (8,7-9,5) ce sera le bronze. Zorana ARUNOVIC sans faire de bruit, fait parler l'expérience et prend sa revanche du championnat du Monde de Grenade 2014 où elle était passé à travers et ajoute une belle 2e place à son impressionnant CV.

CdM ISSF 2018 DSC_1177.JPG
CdM ISSF 2018 DSC_3302.JPG
CdM ISSF 2018 DSC00033.JPG
Notre équipe de France - Mathilde LAMOLLE, Sandrine GOBERVILLE et Céline GOBERVILLE - se classe 5e derrière les 4 grosses nations pistolières du moment (Chine, Corée du Sud, Russie et Inde). Il n'y a certes pas de médailles, ni de quotas au bout mais on sent que le trio prend de l'assurance sur la scène internationale à l'image de Céline : « Dés le début du match j'ai retrouvé mes marques, mes sensations. Il y a forcément un peu de pression au départ mais après quelques réglages j'ai vraiment pris du plaisir à tirer et à me battre ». Avec 576, son score est plutôt bon et reflète assez bien sa saison mais, elle avait besoin de le réussir sur un gros évènement pour se sentir dans la bonne direction. « Le niveau était élevé ce matin, on le sait, il faut continuer à travailler à l'entraînement, ça va payer ! »

CdM ISSF 2018 DSC00096.JPG
CdM ISSF 2018 IMG_9419.jpg
Les éliminatoires du 60bc ont par contre laissé un goût d'inachevé et d'interrogation. Des résultats très en dessous des attentes et peu d'explications concrètes à cela. Mickael DHALLUIN et Valérian SAUVEPLANE évite le piège et se retrouveront demain, mais Alexis RAYNAUD est surpris par les conditions et ne rentre pas dans les 30 places qualificatives et doit se concentrer de suite sur le 3x40.

De son côté, Nicolas TRANCHANT réalise une très belle passe lente à la cible mobile 50 m Juniors et attaquera demain la rapide en pôle position.

CdM ISSF 2018 DSC00079.JPG

LUNDI 3 SEPTEMBRE

Sergey KAMENSKIY décolle !

Les premiers champions du Monde en individuel sont connus et nous assistons à la consécration d'un grand champion. Déjà reconnu pour ses titres au 3x40, on se souvient notamment de son duel avec Alexis RAYNAUD à Rio, Sergey KAMENSKIY s'est préparé également à 10 m pour ce championnat et nous offre une belle démonstration de force !
Il sort des qualifications avec une moyenne de 10,5 points par coups avec calme et assurance. Après un début de finale moyen qui voit surtout les jeunes croates se placer, il enchaîne parfaitement sur la phase à élimination directe sans montrer le moindre signe de panique là où ses adversaires perdent quelques plumes. Son avant-dernier tir relance légèrement le suspens mais rien n'y fait, son sacre était annoncé et attendu. Il devance les belles surprises croates pour un podium 100% européen !

Chez les Dames, le continent asiatique et les coréennes prennent leur revanche avec six représentantes en finales accompagnées d'Isabella STRAUB et notre amie Petra ZUBLASING grande habituée des compétitions françaises. La nouvelle génération avec une moyenne d'âge très basse a pris les choses en main depuis le passage à 60 coups et fait souffler un vent nouveau sur le pas de tir.
La finale ne laisse également aucune place aux autres continents, la délégation coréenne remporte leur premier titre majeur à domicile par la jeune Hana IM avec une moyenne de 10,5 sur ses 24 coups de finale et le bronze par Eunhea JUNG. Comme un symbole à tout juste 18 ans, elle est la première championne du Monde né en 2000 ! Les indiens, de plus en plus présents au niveau mondial complètent le podium (Anjum MOUDGIL).

CdM ISSF 2018 DSC00021.JPG
Pour nos français, Etienne GERMOND a montré de belles choses avec de grosses séries. « Il était plus stable que le premier jour, moins dans l'émotion précise Nicolas SCHIANCHI, mais des petites erreurs, une par série de 10 sur les 50 premiers coups cassent le rythme et lui font perdre beaucoup d'énergie qu'il a payé en fin de match. Sa place ne reflète pas son match, il doit finir dans les 20 premiers. En gommant et minimisant ces petites erreurs Etienne devraient pouvoir lutter rapidement avec les meilleurs sur les gros rendez-vous. ».

Pour Judith : « Elle est jeune et si hier la compagnie d'Etienne au mixte lui a permis de se sentir sereine, autant aujourd'hui elle a plus ressenti la pression de l'évènement. Elle sait qu'elle a les qualités pour réussir de belles performances mais le petit stress même sans trop le ressentir fait perdre de petits dixièmes sur le bouger. Elle a été très constante et c'est vraiment positif pour la suite ».

CdM ISSF 2018 Gomez Judith_FRA.JPG
Sur le stand Plateau refait à neuf, il faut féliciter Alberto FERNANDEZ qui, 8 ans après son titre à Munich, remporte l'or face à l'inusable slovaque VARGA (3 fois champions du Monde dont le titre junior en 94). Si on se penche sur les autres finalistes, il y a de très beaux palmarès et de beaux champions en Fosse ou venant du Double Trap d'ailleurs, mais par contre on notera également que les tireurs en forme cette saison (Top 10 mondial) sont passés à coté de l'évènement.

CdM ISSF 2018 Guerrero.JPG
Stéphane Clamens analyse avec justesse ces 2 jours de compétition : « La préparation pour la compétition a été bonne dans l'ensemble, on a pu enchaîner 3 grosses compétitions avant d'arriver ici dont le championnat d'Europe qui s'est très bien passé, forcément la fatigue s'accumule et l'enjeu prend de suite un peu le pas mentalement. Sébastien a voulu trop bien faire dès le départ laissant peut être de côté un peu le feeling et la créativité, mais ça ne paye pas sur le premier passage et le retard pris (20/25) ne lui a pas permis de revenir dans la course même si sur la suite il s'est vite adapté et pas démobilisé. Il est nouveau sur le circuit et j'ai confiance en ses qualités, cette olympiade sera pour lui par la suite j'en suis convaincu !
Antonin a fait un bon match dans l'ensemble, de petites erreurs techniques et un peu de manque de chance ne lui ont pas permis de se mêler à la lutte. Il apprend également et on le retrouvera très vite car c'est un vrai compétiteur, son très gros mental le pousse constamment à ne rien lâcher »

CdM ISSF 2018 Desert.JPG

DIMANCHE 2 SEPTEMBRE

Les championnats sont lancés et comme attendu il faudra compter avec l'équipe chinoise sur l'ensemble des épreuves cibles.

Pour cette première journée, ce sont les nouveaux titres par équipe mixte qui sont à l'honneur et qui permettront aux duos victorieux de décrocher les premiers quotas individuels pour Tokyo 2020. Après la phase de qualification 5 équipes rentrent en finale pour la phase à élimination directe qui fait son charme depuis 6 ans déjà.

La carabine a ouvert le bal, on attendait quelques surprises notamment des indiens qui surprennent ces derniers temps et qui ont longtemps dominé le match qualificatif, mais finalement les grandes nations du 10 mètres sont restées devant ! On retrouve les chinois, les russes, les allemands et la belle équipe roumaine pour la phase finale. Sur cette manche, nous avons assisté à une domination chinoise sans partage, comme souvent cette nation fait du premier titre d'une compétition majeure un objectif prioritaire. Les russes complètent le podium et décrochent les 2 quotas olympiques supplémentaires.

Nos français, comme le résume très bien l'entraîneur Pierre-Jean MILLIERE, avaient une belle carte à jouer aux vues des résultats du premier relais qualificatif : « le début de match de notre équipe est en dedans mais le duo est jeune et l'expérience s'acquière sur ce genre d'évènement. Il faut justement apprendre, retenir les bonnes choses des 2 derniers tiers du match et se concentrer de suite pour les épreuves individuelles ». Une 14e place et beaucoup d'espoir pour la suite de l'olympiade pour un duo qui s'apprécie et se soutient.

CdM ISSF 2018 Gomez-Germond.JPG
Côté pistolet, pas de surprise côté points où une moyenne de 385 par athlète était attendue pour tenter de jouer les premiers rôles. Les coréens à domicile souhaitaient bousculer la hiérarchie mais ils n'arriveront pas à se mêler à la lutte. Ce sont les femmes qui portent leurs équipes avec Olena KOSTEVYCH à son meilleur niveau (391), Vitalina BATSARASHKINA pour la Russie (387) et la serbe Zorana ARUNOVIC (389). La petite surprise vient du couple allemands Sandra et Christian REITZ (393) éliminés pour quelques mouches par les expérimentés espagnols.

En finale, les russes privent les chinois d'un deuxième titre et de quelle manière ! 3 séries à plus de 100 points avec notamment 4 points d'avance dés les 5 premiers plombs. Ils amplifient l'écart coup après coup pour terminer loin devant. Le duo ukrainien complète le podium mais Olena a pris rendez-vous pour la suite !

Les duos français n'ont pas su rentrer dans leur match sur cette première journée de championnat. Le groupe se construit depuis quelques temps, les deux équipes mixtes prennent leur marque au fil du temps et la déception ne doit pas l'emporter. « Il faut de suite se mobiliser et rebondir sur l'épreuve individuelle qui sera une nouvelle occasion de briller, souligne Walter LAPEYRE. La préparation fut bonne, le groupe vit bien, la confiance est installée avec le staff et les bons résultats de la saison ne doivent pas faire oublier que le groupe est jeune et a une belle marge de progression pour créer des automatismes ».

CdM ISSF 2018 F1 Goberville Fouquet.jpg
CdM ISSF 2018 Goberville-Perie.jpg

PRÉSENTATION

Les championnats du Monde ISSF sont pour les spécialistes de nos disciplines la compétition la plus importante de l'olympiade. Toutes les épreuves y sont représentées, olympiques comme mondiales, les classements par équipe permettent de juger sa place sur le niveau mondial et la présence des juniors de se projeter sur l'avenir.

Depuis 1978 à Séoul, le continent asiatique n'avait plus réceptionné cette manifestation, la Corée du Sud et la ville de Changwon souhaite montrer que l'ISSF a eu raison de leur faire confiance et a mis « les petits bols dans les grands » pour faire en sorte que cette édition soit une véritable réussite sportive.

CdM ISSF 2018DSC_1223.JPG
Avec 91 nations représentées et 4255 participants, les championnats du Monde 2018 à Changwon deviennent la plus grande manifestation ISSF organisée à ce jour. Toutes la ville s'est mobilisée pour accueillir le monde du tir avec plus de 300 bénévoles dévoués et l'ensemble des équipements municipaux, qui ont notamment accueilli les Asian Games récemment, mis à disposition pour les différentes cérémonies et pour proposer le maximum de services à nos athlètes (transports, hébergements, tourismes, sécurité...). Le stand a été remis à neuf et les pas de tir modernisés dont le plateau avec ses 5 installations et son équipement Multi-pull.

Ce qui permet de proposer aux délégations une ciblerie électronique pour toutes les épreuves et des pas de tir final comme pour les qualifications répondant au cahier des charges pour les médias internationaux et les directs sur Livestream (à noter que, comme pour le championnat d'Europe Plateau du mois dernier, la chaîne l'équipe rediffusera quelques finales ce cette compétition).

CdM ISSF 2018IMG_9309.jpg
CdM ISSF 2018IMG_9310.jpg
CdM ISSF 2018IMG_9318.jpg
CdM ISSF 2018IMG_9334.jpg
Le climat de ce début septembre est, pour les locaux, le plus clément et le moins insupportable pour les non-habitués selon le ministre des sports Coréen. Mais il faut tout de même faire face à un taux d'humidité assez exceptionnel pour nous autres européens qui rend de suite la chaleur très étouffante. Afin de se préparer au mieux au décalage et de s'acclimater à ce choc, la Direction Technique Nationale a souhaité poser les bagages de la délégation française non loin du site officiel, sur un des stands les plus pointus du continent à Daegu. Une équipe fédérale sur place accueille et propose plusieurs activités de préparation physique, mentale et technique pour remettre en condition nos athlètes et les amener sur le site de Changwon pour le début de leur épreuves.

CdM ISSF 201828082018-5027508544_IMG_4420.jpg
Car il ne faut pas surtout pas oublier que ce championnat marque également le début des qualifications pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020, 48 quotas individuels (4 par épreuves olympiques) et 12 quotas d'équipe mixtes seront attribués. La France qui place 8 tireurs dans les top 10 mondiaux des épreuves olympiques et qui sort d'une saison de coupe du Monde avec 7 médailles individuelles et 2 podiums par équipe mixte à son actif, compte bien se placer de suite sur la scène internationale !



Reportage

Actualité

Toutes les compétitions