31 mars 2016 - Pose de la première pierre du CNTS


Le jeudi 31 mars 2016, le président de la Fédération Française de Tir, Philippe CROCHARD, et les membres du Comité directeur ont invité les autorités régionales et les médias à assister à la pose de la première pierre du Centre National de Tir Sportif sur le site de la Martinerie à Déols. C'est ainsi sous une pluie battante que, presque un an après la présentation officielle du projet, 200 personnes se sont retrouvées en fin de journée pour marquer le démarrage symbolique des travaux.

_GDX5655.jpg
Après le mot de bienvenue du président CROCHARD, les personnalités présentes, parmi lesquelles M. Gil AVEROUS, maire de Châteauroux et président de Châteauroux Métropole, M. Mohamed MOULAY, vice président délégué aux sports du Conseil régional du Centre-Val de Loire et M. Alain ESPINASSE, préfet de l'Indre ont pris la parole pour confirmer tout à la fois l'importance régionale et la portée nationale du projet. Ils ont ensuite joint le geste à la parole en maniant truelle et maillet pour inclure dans un premier pan de mur une pierre contenant un parchemin commémoratif de l'événement.

2016-W-Premiè€re-pierre-CNTS.jpg

A la suite de ce geste symbolique, l'assistance a suivi une démonstration de tir au Plateau par Marc MENNESSIER (membre du Comité directeur de la Fédération Française de Tir, ancien entraîneur national des équipes de France de Fosse Olympique) et une démonstration de tir à la Carabine à 10 mètres par Romane MATTE (médaille d'argent par équipe au championnat du monde 2015 en Arbalète Match) et par Valérian SAUVEPLANE (vice-champion du monde 2010 à la Carabine 60 Balles Couché, co-recordman du monde, présélectionné pour les Jeux Olympiques 2016 de Rio ).

Légende : 2016- CNTS 1er Pierre

Pose de la première pierre du Centre National de Tir Sportif



Après la remise par le président CROCHARD de deux médailles de la Jeunesse et des Sports à Mme Ghislaine BRIEZ (arbitre international ISSF et membre du Comité directeur de la Fédération Française de Tir) et à M. André GLEIZE (vice-président de la Fédération Française de Tir et président de la ligue du Languedoc Roussillon), la réunion s'est terminée par un cocktail dinatoire.
Les journalistes présents ont bien entendu relayé l'information dans les médias :




Bref rappel de l'historique du projet


Après plusieurs années à la recherche d'un site, en 2012, la Fédération Française de Tir a saisi l'opportunité d'acquérir une partie de l'ancien camp militaire de La Martinerie, grâce au président de la ligue du Centre,
Gilles DUMERY, qui venait d'apprendre le départ du 517e Régiment du Train. Le ministère de la Défense a vendu ce site à la Communauté d'Agglomération Castelroussine et c'est avec les élus locaux que la Fédération Française de Tir a pu négocier son acquisition. Son objectif était la création d'un Centre National de Tir Sportif destiné à regrouper toutes les disciplines, qu'elles soient olympiques ou non, et d'en faire la référence européenne et mondiale, espace sportif et de loisir actif 365 jours par an. Dès l'achat des 78 hectares, le site a été sécurisé en totalité, son nettoyage et les premiers aménagements ont commencé.

_GDX5841.jpg

Un pôle ambitieux à vocation nationale et internationale


En s'implantant à Châteauroux-Déols, en région Centre-Val de Loire, la Fédération Française de Tir a fait le choix d'installer son Centre National de Tir Sportif dans un lieu très accessible, bénéficiant d'une position géographique exceptionnelle au cœur de la France. Avec son domaine entièrement clos de 78 hectares, avec des bâtiments administratifs et une zone pavillonnaire de 45 logements, ce Centre unique en Europe deviendra la référence pour l'organisation de manifestations de tir sportif à vocation nationale et internationale. Il sera aussi un espace de vie et d'animation permanent avec de nombreux stands aux capacités d'accueil exceptionnelles :

  • Un stand de tir à 10 mètres avec 90 postes pour Pistolet, Carabine et Arbalète.
  • Un stand de tir au Pistolet à 25 mètres avec 60 postes.
  • Un stand de tir à la Carabine à 50 mètres avec 80 postes.
  • Un stand de tir avec cibles mobiles à 50 mètres avec 2 postes.
  • Un stand de tir à 100 et 200 mètres avec 40 postes.
  • Un stand de tir à 300, 500 et 600 mètres avec 80 postes, mutualisés sur deux niveaux.
  • Un stand Plateau avec 5 postes pour les trois disciplines olympiques, pouvant en outre accueillir l'Arbalète Field.
  • Un parcours de chasse et Sanglier courant.
  • Une installation pour le Tir sportif de vitesse avec 30 alvéoles Pistolet et 5 alvéoles Carabine.
  • Un stand de tir à 200 m couvert.
  • Un stand de tir administratif à 25 m avec 40 postes.
  • Un stand « Finale » couvert à 10, 25 et 50 mètres.
  • Un village d'exposants temporaire.
  • Un musée du Tir sportif.

Le tout sera implanté dans un espace naturel très préservé, avec une véritable recherche d'intégration des bâtiments et des installations et avec l'exigence d'une haute qualité environnementale (HQE). Des aménagements paysagers viendront compléter cet espace qui sera un véritable lieu de vie, agréable et accueillant pour les compétiteurs, les accompagnateurs et les familles. Le public bénéficiera d'installations de grande qualité pour suivre les compétitions dans des conditions de confort et de modernité. Un premier événement majeur prendra place à Châteauroux dès le mois d'août 2017: le Championnat du monde de Tir Sportif de Vitesse (IPSC).

Une installation unique en Europe

Dès qu'il sera opérationnel, le Centre National de Tir Sportif (CNTS) sera la seule installation sportive civile capable d'accueillir au niveau européen toutes les disciplines du tir entre 10 et 600 mètres. L'accueil des compétitions de tous les niveaux sera possible : départemental, régional, national et international. Les formations des tireurs, ainsi que celles des entraîneurs, des arbitres et des médecins liés à la Fédération Française de Tir pourront faire l'objet de regroupements. Actuellement, ces formations sont disséminées géographiquement dans de nombreux modules, au gré des implantations des CREPS (Centres de Ressources, d'Expertise et de Performance Sportives) et des infrastructures existantes.

Bien entendu, des créneaux seront très régulièrement réservés afin que tous les licenciés de la Fédération Française de Tir puissent avoir accès aux infrastructures du CNTS, aussi bien en groupe qu'individuellement, selon les plannings de gestion de la fédération.

La présence de 45 logements permettra en outre de maîtriser les coûts liés à l'accueil. L'entraînement de nos équipes nationales pourra enfin être recentré. Jusqu'à présent l'entraînement de nos champions se fait en Italie pour le tir au Plateau et en Allemagne, aux USA ou en Chine pour le tir sur cibles. Désormais, nous pourrons proposer aux équipes étrangères de venir s'entraîner fréquemment au CNTS.

_GDX5918.jpg

Aujourd'hui et demain

Dès aujourd'hui, les travaux ont commencé sur le site, comme l'a annoncé lors de son intervention M. Sébastien FONDEUR, Directeur régional de Vinci Construction, venu d'Orléans pour l'occasion. Un débroussaillage sélectif a été entrepris qui laisse subsister au maximum les arbres et la végétation existante. Une base vie pour la cinquantaine de collaborateurs de la Sogéa (filiale du groupe Vinci en charge du projet) est en cours d'implantation: 40 modules vie pour accueillir des équipes qui travailleront en 2/8. Les premières excavatrices devraient arriver rapidement sur le site et une grue sur rail sera installée pour permettre la construction des stands.

_GDX5926.jpg

Dans les mois qui viennent, un stand de 40 postes de tir à 25 mètres sera inauguré. Il sera spécialement présenté en même temps que le futur CNTS aux responsables des clubs de la ligue du Centre et aux journalistes. De même, les premiers contacts seront pris avec les professionnels de l'hébergement, de la restauration et du tourisme locaux afin de préparer l'accueil lors des prochains événements. Les cinq collaborateurs permanents de la Fédération Française de Tir déjà présents sur le site verront leur nombre augmenter progressivement jusqu'à atteindre les quinze emplois locaux prévus. Une information concernant l'avancement des travaux et du projet sera régulièrement mise en ligne sur www.fftir.org avec des interviews, des photos et des vidéos.


©FFTir